Le CEO de BitInstant poursuivi pour blanchiment d’argent

Charlie-Shrem-bitinstant-bitcoin-arrestationCharlie Shrem, CEO du site d’échange BitInstant et vice-président du conseil d’administration de la Fondation Bitcoin, a été arrêté pour son implication présumée dans la vente et le blanchiment de plus de 1 million de dollars en bitcoins liés au site Silk Road.Selon un document publié par le US Attorney de Manhattan, des accusations ont été déposées contre Robert Faiella plus connu sous le nom de BTCKing. Shrem et Faiella sont tous les deux accusés de conspiration de blanchiment d’argent et d’opération d’une entreprise de transmission d’argent non licenciée. S’ils sont reconnus coupables, Faiella et Shrem devront faire face à des peines d’emprisonnement maximales de 25 ans et 30 ans, respectivement.

Réactions officielles

Le procureur de Manhattan, Preet Bharara a déclaré : « Quand des Bitcoins, comme n’importe quelle monnaie traditionnelle, sont blanchis et utilisés pour alimenter des activités criminelles, la police n’a pas d’autre choix que d’agir. Nous allons poursuivre agressivement ceux qui utilisent ces nouvelles monnaies à des fins illicites. »

Le sénateur Tom Carper, président de la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales, a publié une déclaration écrite pour remercier les enquêteurs et rappeler que l’application de la loi « vise à s’assurer que ceux qui veulent utiliser des devises numériques pour les dommages sont arrêtés. »
Il a cependant prudemment ajouté que le Bitcoin ou autre monnaie numérique pourrait être bénéfique à condition d’être réglementé correctement« Il est essentiel que le gouvernement fédéral, y compris le Congrès, prenne acte et en apprenne plus sur les promesses et les risques potentiels de cette technologie émergente, pour élaborer des politiques réfléchies et sensibles qui protègeront le public sans étouffer l’innovation et la croissance économique. »

Cameron et Tyler Winklevoss, qui étaient les principaux investisseurs de BitInstant depuis 2012  se sont éloignés de Shrem avec un communiqué envoyé par courriel :
« Nous étions des investisseurs passifs dans BitInstant et nous ferons tout notre possible pour aider les responsables dans l’application de la loi. Nous soutenons pleinement tous les efforts du gouvernement pour s’assurer que les exigences en matière de blanchiment d’argent sont appliquées, et nous nous réjouissons que la réglementation en cours d’exécution soit plus claire sur l’achat et la vente de bitcoins. »

BitInstant est actuellement en proie à l’indignation des utilisateurs et frappé avec une poursuite en recours collectif. Shrem n’a pas commenté les allégations publiquement ou via son compte Twitter officiel.

Coin Desk / Bitcoin – 27/01/2014

.