Le conseiller stratégique de Citigroup : « Bitcoin jouera un rôle majeur dans le développement de l’Internet de l’argent »

Irving-Wladawsky-Berger-bitcoin-revolution-economiqueIrving Wladawsky-Berger, conseiller stratégique (« stratégique advisor ») chez Citigroup depuis mars 2008 et ancien grand nom d‘IBM, a passé beaucoup de temps à réfléchir à la transition en cours vers un écosystème mondial basé sur l’argent numérique. Une transition mouvementée, pleine d’incertitudes, d’innovation, d’espoir, et où les acteurs sont nombreux. Et cette réflexion, fruit d’un constat de notre écosystème actuel et de nombreuses lectures sur le vaste sujet du Bitcoin, vous est livrée ici.

Il explique :

« Pendant plus de 2500 ans, l’argent a joué un rôle central dans le développement des civilisations. Par conséquent, cette transition historique de la monnaie numérique figure parmi les défis sociétaux les plus passionnants et les plus importants que nous verrons dans les prochaines décennies. Son impact pourrait bien être du niveau de l’électricité, de la radio et de la télévision, et l’Internet.

L’évolution vers un écosystème basé sur l’argent numérique implique beaucoup plus que la transformation de l’argent – espèces, chèques, cartes bancaires , etc. Elle englobe l’ensemble de l’écosystème financier, y compris les infrastructures mondiales de paiement, la gestion des identités personnelles et les données financières, les flux financiers mondiaux entre les institutions et les individus, les régimes de réglementation, de sécurité et de confidentialité, les questions du gouvernement, etc.

Cette évolution prendra des décennies pour s’installer pleinement – les transitions historiques prennent leur temps ! Mais, elle  est déjà en cours dans le monde entier.

Je ne savais honnêtement pas quoi penser du Bitcoin, alors je me suis plongé dans ce qui avait déjà été dit et écrit sur lui. Je dis souvent aux gens que le développement des écosystèmes basés sur l’argent numérique est une entreprise complexe et qu’il vaut mieux, au moins pour le moment, s’en tenir à des monnaies traditionnelles que toutes les parties concernées comprennent.

Le Bitcoin est à la fois une monnaie numérique et un système de paiement peer-to-peer. Introduit en 2009, il utilise la cryptographie pour contrôler la création et le transfert d’argent. Il n’est pas soutenu par des administrations centrales ou des banques. Ses normes, sa protection et sa promotion sont régies par la Fondation Bitcoin. Son logiciel open source et son protocole sophistiqué le rendent largement accessible, contribuant ainsi à augmenter son utilisation.

Au fil de mes lectures sur le Bitcoin, j’ai découvert qu’il existe un énorme fossé entre ce que les communiqués de presse et économistes croient du Bitcoin, et l’excitation des entrepreneurs et autres Bitcoiners. Certains comparent l’arrivée du Bitcoin avec l’arrivée des ordinateurs personnels en 1975 et celle de l’Internet en 1993.
Il faut dire qu’il donne, pour la première fois, un moyen pour un utilisateur d’Internet de transférer une pièce unique à un autre utilisateur de l’Internet, d’une manière sécurisée et pratiquement sans frais.

Le Bitcoin a été très volatile, avec de grandes fluctuations de sa valeur au fil des jours, des semaines et des mois. Plus récemment, la valeur d’un Bitcoin a fluctué entre 600 $ et 900 $. Sa volatilité est en grande partie due à la spéculation et aux volumes de paiement relativement faibles. En dépit de ses qualités en tant que système de paiement numérique hautement sécurisé, beaucoup pensent que la volatilité de la monnaie fera probablement chasser la grande majorité des particuliers et des commerçants, alors qu’il existe déjà des solutions pour ces commerçants qui souhaitent franchir le pas du Bitcoin sans subir sa fluctuation.

J’ai également lu que le Bitcoin a révélé quelques faiblesses auxquelles beaucoup tentent de remédier. Peut-être que le Bitcoin, comme l’Internet, va évoluer en douceur depuis une expérience originale vers un service de confiance. Mais il pourrait aussi aller dans le sens de Napster, le pionnier du système de partage de musique qui a été remplacé par des implémentations de qualité supérieure qui ont surmonté ses défauts techniques et commerciaux.

Toujours dans mes lectures, j’ai appris que le Bitcoin offrirait une occasion de réinventer la façon dont le système financier peut et doit travailler dans l’ère d’Internet. Mais il faut faire la distinction entre son avenir en tant que technologie et son avenir en tant que monnaie. En tant que monnaie, il y a peu de chance qu’il remplace le dollars, mais en tant que modèle pour un futur système de paiement et de transaction, il a déjà montré ses avantages.

Enfin, il y a la question de savoir si le Bitcoin et les autres monnaies virtuelles devraient être soumis à des réglementations financières, similaires à celles actuellement en place pour les monnaies existantes. La lutte contre le blanchiment d’argent est un de ces règlements appliqués par les gouvernements du monde entier. Le Bitcoin a  déjà été lié à des activités illicites, ce qui a conduit à quelques arrestations récentes. Les gouvernements ont donc commencé à examiner la façon de réglementer le Bitcoin et les monnaies numériques similaires.

Ainsi, après de nombreuses lectures et une réflexion personnelle, voici comment je voudrais maintenant résumer mon point de vue sur le Bitcoin :

Les progrès des technologies de la cryptographie sous-jacentes au Bitcoin joueront probablement un rôle majeur dans le développement de l’Internet de l’argent. Mais, comme c’est le cas avec toutes les platesformes complexes, son architecture, ses protocoles et la gouvernance doivent évoluer.
À l’avenir, je suis persuadé que la majeure partie de l’argent qui coulera à travers l’écosystème basée sur l’argent numérique continuera à être basée sur les monnaies existantes. Les devises numériques pourront jouer d’importants rôles de niche. Mais à ce stade, il est difficile de savoir si le Bitcoin lui-même sera l’une des monnaies numériques survivantes.
Compte tenu du rôle central joué par l’argent dans tous les aspects de l’économie, de la société et de nos vies personnelles, les gouvernements continueront à réglementer son utilisation. »

Sources : Blog de Irving Wladawsky-Berger – 11/02/2014

.